La revue de presse : conflits, secrets, complot et mariage

Du 12 au 16 mars 2012
Tweeter, les alertes, Facebook, c’est net : tout est sur Internet. Pourtant, même en 2012, les journaux existent encore. Monsieur G vous propose la sélection de ses infos qui n’ont pas forcément pris le train du train-train médiatique. Des morceaux choisis de cette presse certes groguis où il reste, pourtant, de bonnes infos.


LA PHRASE. Lundi 12 mars 2012. Haydée Saberan, correspondante de Libération à Lille, vient de paraitre un ouvrage consacré aux migrants qui tentent de rejoindre l’Angleterre. itinéraire de ces « guerriers du voyage » dont les bonnes feuilles sont publiés dans le quotidien où la journaliste travaille. Parmi ses rencontres, celle avec Keivan, « un électron libre », après un repas offert par l’Armée du Salut, métro Jaurès à Paris. Faisant partie des « 6 000 à 9 000 » « mineurs isolés étrangers », il confie la difficulté d’affronter au quotidien « la liberté » : « Il n’y a personne pour t’empêcher de boire, de te droguer, de faire des choses avec une femme. Je dois être fort tout seul. Sinon, comment pourrais-je apprendre quoi que ce soit à mes enfants ? » Lui qui dit boire trois bouteilles de whisky par semaine ajoute « sans provocation » : « la vie m’a rendu vieux ». Des conditions de vie des plus difficiles pour ces miliers de migrants qui ne courent qu’après l’espoir d’une vie meilleur.

 
L’HOMME. Mardi 13 mars 2012. C’est une figure majeure dans la géopolitique du Moyen-Orient. Le premier ministre turc Tayyip Recep Erdogan est, ces derniers temps, « beaucoup moins présent sur la scène intérieure et internationale ». La faute, d’après des informations collectés par Le Figaro, à « une opération de l’intestin subi fin novembre dernier », puis à une autre, en février. Si le premier ministre, brillamment réélu en juin dernier, a rapidement démenti ces informations, son retrait de la vie publique – « il s’exprime désormais avec parcimonie » – laisse un « vide politique » qui fait peur. Alors que certains pensaient que le pays entrait, sous son impulsion, dans « une période de poutinisation », c’est plutôt la discorde qui prévaut, au plus haut sommet de l’Etat et dans le parti majoritaire, l’AKP. En ligne de mire : les élections présidentielles de 2014 qu’Erdogan viserait contre celui « avec qui il a longtemps formé un tandem », l’actuel président Abdullah Gul. « Le gouvernement a des ennemis de l’intérieur et ne contrôle pas entièrement les institutions » analyse un diplomate cité par Le Figaro. De quoi laisser croire à une théorie du complot, redondante dans la vie politique national et dont « les Turcs sont si friands ».

 
LE CHIFFRE. Mercredi 14 mars 2012. Se marier… pour 1€. Ce n’est pas une des dernières lubies de hippies, mais le tarif d’un mariage en Chine. Dans l’Empire du milieu, le mariage est un véritable casse-tête pour les familles, celle du marié se devant de verser un sorte de dote « qui obligent beaucoup de famille à s’endetter ou à dillapider toutes ses économies ». La Croix explique cependant que certains, surtout de jeunes urbains, s’inscrivent « à contre-courant de ces traditions bien établies ». Et le quotidien catholique explique le mariage de Liguang et Wenwen mariés « pour la somme totale de 9 yuans », soit 1€, l’équivalent des démarches administratives. Comme eux, nombre de jeunes couples se laissent séduire par ses mariages nus, un « véritable phénomène de société », « apparus sur Internet en 2008 » et popularisé par une série télévisée, Le temps du mariage nu. Si ce choix est plébiscité, il cache une autre réalité : la difficulté d’acheter un logement dans les grandes agglomérations où les prix ont explosé. D’après des chiffres officiels cités par La Croix, « 85% des familles chinoises n’avaient pas le moyen de se payer un logement ». Un casse-tête pour une vie de couple qu’une journée, même le mariage, ne peut occulter.

 
LA UNE. Jeudi 15 mars 2012. Un an déjà. Ce jeudi marque le triste anniversaire d’un an de mobilisation en Syrie. Un « an d’horreur » titre Le Monde en une qui l’associe à la photo d’un homme les bras levés, l’une main faisant le V de la victoire, quand l’autre a été mutilé, « ses bourreaux ayant placé un engin explosif dans sa main » souligne la légende. Exemple parmi d’autre d’un conflit où « la spirale de la violence » aurait fait « selon l’ONU, bien supérieur à 7 500 morts ». Si Le Monde tente d’expliquer, en pages intérieures, « l’impasse diplomatique », le quotidien rappelle que le débat « agite Washington ». John McCain, candidat malheureux à l’élection présidentielle en 2008 s’est fait d’une intervention militaire une « question d’honneur ». Au début du mois, lors d’une édition du congrès, il « bouscule » le secrétaire à la défense Leon Panetta : « Combien de civils doivent encore mourir ? Vous pouvez nous dire ? 10 000 ? 20 000 ? Combien ? » Réponse du secrétaire d’État : « l’option militaire est « à l’étude ». Les témoignages, sur place, restent la meilleurs armes pour critiquer la passivité de la communauté internationale. Dans un article saisissant, à Amann, des Syriens racontent à qul point la torture est généralisé par les sbires d’El Assad. Ghazi, 22 ans s’est retrouvé avec plusieurs compatriotes dans une pièce « aspergé d’eau » où « les militaires y ont jeté un câble électrique ». Il raconte :
« Ca a duré trois minutes. Ils nous ont fait frire comme des boulettes de falafel. Je sautais en l’air. Certains se sont évanouis tant la douleur était forte. »
Dans un rapport rendu publique par Amnesty International met en lumière « 31 types de sévices et de mauvais traitements » pratiqués par le régime. Parmi ceux-là : tabassage, brûlure de cigarette, arrachage de peau à coups de tenaille, ingurgitation forcé de grande quantité de sel, chaise électrique…

 
L’HISTOIRE. Vendredi 16 mars 2012. Pourquoi Marine Le Pen a choisi Hénin-Baumont. Le feuilleton de la présidentielle occulte quelque peu les hommes de l’ombre. Portrait de l’un d’eux, dans Le Parisien de ce vendredi. Bruno Bilde, directeur de la communication de Marine Le Pen, un timide qui fuit les micros « parce qu’il est bègue ». Encarté au FN à 15 ans, 3 ans d’infidélité au MNR de Bruno Maigret. Avec Marine, « la greffe prend en 2007 quand le parti est au plus bas, décimé par la victoire de Sarkozy. » Le Parisien explique que c’est lui qui convainc Marine le Pen de s’implanter à Hénin-Baumont dans le Pas-de-Calais. Comme le résume le quotidien, « la suite est connu ». Marine Le Pen fait de la petite bourgade du nord de la France un tremplin : elle accède au second tour des législative et l’appelle volontiers « son laboratoire de campagne ». Ce choix de Bruno Bilde y est pour beaucoup dans l’assise nationale qu’a pris ensuite la candidate du FN. D’ailleurs, elle ne cache pas croire ardemment à une victoire, un peu plus d’un mois après la présidentielle, pour les législatives à Hénin-Baumont.

A propos Ludanslapresse

Tweeter, les alertes, Facebook, c'est net : tout est sur Internet. Pourtant, même en 2012, les journaux existent encore. En région surtout. Embarquez, chaque jour, pour un petit tour de France, toujours cocasse, de l'actualité.
Cet article, publié dans Grand ouest, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s