La revue de presse : quiche, famille, progrès et indiscrets

Du 5 au 9 mars 2012
Tweeter, les alertes, Facebook, c’est net : tout est sur Internet. Pourtant, même en 2012, les journaux existent encore. Monsieur G vous propose la sélection de ses infos qui n’ont pas forcément pris le train du train-train médiatique. Des morceaux choisis de cette presse certes groguis où il reste, pourtant, de bonnes infos.


LA PHRASE. Lundi 5 mars. En ce début de semaine déjà jugée « crucial » pour Nicolas Sarkozy, François Fillon, lui aussi s’apprête à avoir sept jours bien remplis entre la fin de la session parlementaire, les meetings et une présence accrue dans les médias. Le Figaro a recueilli ses « confidences » en l’accompagnant dans un meeting à Besençon où de l’avis des militants, « le premier ministre est trop discret dans la campagne. » C’est que le natif de la Sarthe se veut lucide sur la situation et, tout en étant très mesurer, ne peut s’empêcher, en privé, de penser à l’avenir. Au journaliste du Figaro, il avoue que la campagne sera dur : « C’est déjà miraculeux d’être là où on est aujourd’hui » explique-t-il en évoquant la crise. « L’idée que Sarkozy peut gagner n’est pas une idée absurde, mais ça reste très difficile« . Un constat singlant du numéro un du gouvernenement. Limite plus brutale que les confidence de Sarkozy au micro de RMC, trois jours plus tard. Et, après la campagne, une autre bataille prend forme à l’UMP entre François Fillon et Jean-François Copé. Enième petite phrase de François Fillon : « Si on perd, la pression qui va s’exercer sur moi sera plus forte, je suis conscient de ça ». Le Figaro ne peut s’empêcher d’ajouter « Jean-François Copé (…) appréciera ».

 
L’HISTOIRE. Mardi 6 mars. God save my family. Au pays de l’oncle Sam ce mardi, c’est le super Tuesday, la grande messe des primaires républicaines, où dix Etats s’apprêtent à voter. L’occasion pour Libération de rappeller un « thème qui obnubile les américains », la famille. Ultra-présent dans les discours des candidats républicains, en premier lieu duquel le challenger Rick Santorum, Libération raconte avec ironie que « sans cesse, ils rappellent leurs nombres d’année de mariage, comme si elles qualifiaient pour la Maison Blanche ». 55 années pour Ron Paul, 43 pour Mitt Romney, 22 pour Rick Santorum et 12 pour Next Gringich avec… sa troisième femme. La famille, sujet prépondérant aux Etats-Unis où 40% des enfants naissent hors mariage, contre 18% en 1980. Dans la ville de Springfield, dans l’Ohio où Libération s’est rendu, les initiatives se multiplient : « cours de paternité » délivré par un pasteur ou encore un « Mariage Resource center » pour « enseigner comment préparer et cultiver un couple ». Le couple à l’origine de ce centre, les Nissley, confie leur secret pour entretenir leur mariage : « s’installer tous les matins dans le canapé et s’intérroger pendant un quart d’heure : ‘Comment te sens-tu ?’, ‘Est-ce que quelque chose te soucie ?’, Qu’as-tu prévu de faire aujourd’hui ? ». Pas sûr que ce « petit rituel » soit la solution à tous les problèmes de couples. Mais il est l’illustration d’un thème qui, au moins, permet de gagner des voix…

 
LE CHIFFRE. Mercredi 7 mars. La CMU, bientôt adoptée en Tunisie ? En Tunisie, 800 000 familles n’ont pas de couverture sociale. Un vrai enjeu de société car cela concerne 2,5 à 3 millions de Tunisiens sur une population totale de 10,7 millions d’habitants. De ce constat, Samira Labidi, PDG d’une société de courtage d’assurance, a souhaité y remédier. « Militante engagée » d’après La Croix, qui raconte son combat, elle a attendu la révolution pour être entendu. trois ministres tunisiens se sont met déplacé à un colloque sur le sujet, organisé ce mard au Palais du Luxembourg. Elle ne cache pas s’inspiré de la CMU française, dispositif qu’elle « rêve de pouvoir dupliquer en Tunisie ». Et l’attention des dirigeants tunisiens est plus qu’une bonne nouvelle : pour Samira Ladibi, « le projet est très attendu en Tunisie » où « il y a un consensus politique sur le sujet ». L’enthousiasme crée par cette initative de l’autre côté de la Méditérannée devrait faire réfléchir ceux qui, en France, souhaite revenir sur cette mesure, véritable fierté de la politique social enviée par de si nombreux pays.

 
LA UNE. Jeudi 8 mars. La quiche des élections.  « Nos candidats vus de l’étranger » titre Le Parisien ce jeudi. Dans l’article introductif, si on rappelle que « certes, c’est en France et non à l’étranger que l’élection se gagne », on conçoit comme un « indéniable atout » de pouvoir se targuer d’une stature internationale. Parmi les petites anecdotes croustillantes sur la façon dont la presse internationale juge les candidats, Le Parisien explique qu’en Chine, Mélenchon est « un peu repéré par les médias officiels » en raison de ses prises de positions anti-dalai-lama en 2008. Sinon, un ramassis de clichés – les étrangers sont aussi forts pour qualifier les Français que l’inverse. Ainsi, Sarkozy est « rassurant » aux Etats-Unis, « embrouillé » pour les Italiens, quand les Anglais pensent que son meilleur atout.. c’est Carla. Hollande ? « Second couteau » aux Etats-Unis, « bonhomme » en Angleterre et « rouge » en Italie, après sa proposition de taxer 75% des revenus des plus riches. Le plus savoureux, c’est l’interview du correspondant de CNN à Paris qui, pour expliquer les présidentielles en France a fait une recette de cuisine. « Votre élection, c’est un peu comme une quiche » dit-il. Les ingrédients ? Beaucoup de légérêté et quelques vérités :

 
« Sarkozy, ce sont les oignons, car les programmes d’austérité font pleurer les gens. Hollande, les lardons, car son projet peut favoriser l’engraissement des programmes sociaux et des fonctionnaires. Bayrou est le fromage râpé, car il semble vouloir s’étirer et toucher tout le monde. Marine Le Pen, enfin, est le piment, parce que la politique d’extrême droite est très épicée. »

 

L’ENQUÊTE. Vendredi 9 mars. Comment les services secrets ont tenté d’exfiltrer Edith Bouvier. Une semaine après le retour en France d’Edith Bouvier et de Wiliams Daniels de Syrie, Le Monde révèle que la France avait tenté en vain de les exfiltrer, le jeudi 1er mars. Le quotidien s’appuie sur le témoignage « d’une source locale à Damas travaillant pour un service de sécurité à l’ambassade de France et par un diplomate à Paris ». L’opération, validée par « une réunion tactique après laquelle l’Élysée avait donné son feu vert » prévoyait l’envoi d’ambulance du Croissant-Rouge arabe syrien pour récupérer les deux Français  « voire d’autres occidentaux » pris au piège à Homs. La France avait obtenu « à deux reprise la suspension provisoire » des bombardements. L’opération a échoué car les agents de la DCRI*, « aux côtés » des ambulances du Croissant-Rouge sont restés au niveau d’un barrage de l’armée, sans pouvoir avoir de contact direct avec les journalistes français. « Les services syriens souhaitaient conserver la maitrise rapprochée de l’opération ». L’ambassadeur de France en Syrie, tout comme les services de la DGSE et de la DCRI « n’ont pas souhaité donner des détails à cette opération ». Les deux journalistes ont pu rejoindre clandestinement le Liban. Le Monde conclut par une confirmation du Quai d’Orsay à propos de cette opération exfiltré lié à « l’absence de confiance entre les parties concernées et la poursuite des tirs. »

 

*DCRI : direction centrale du renseignement intérieur

 
Rappel : tous les propos entre guillements sont rapportés des journaux cités.

A propos Ludanslapresse

Tweeter, les alertes, Facebook, c'est net : tout est sur Internet. Pourtant, même en 2012, les journaux existent encore. En région surtout. Embarquez, chaque jour, pour un petit tour de France, toujours cocasse, de l'actualité.
Cet article, publié dans Grand ouest, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s